Rentrée scolaire : l’enseignement public coûte de 30 à 40% plus cher que le privé !

Publié le par LA REDACTION

Rentrée scolaire : l’enseignement public coûte de 30 à 40% plus cher que le privé !

En s’appuyant sur les chiffres officiels du ministère de l’Éducation nationale, l’iFRAP estime que la différence de coût entre public et privé est de 30 à 40%.

Une étude de l’iFRAP montre que, à résultats égaux, l’école publique coûte nettement plus cher que le privé. En s’appuyant sur les chiffres officiels du ministère de l’Éducation nationale, la fondation estime que la différence est de 30 à 40%, même en intégrant les dépenses des familles. Dans le premier degré, la différence par élève est de 1.951€, et même de 2.788€ dans le second degré.

Les chiffres de l’iFRAP ne sont en rien surprenants et se confirment rapidement : un élève de classe préparatoire dans le public coûte 14.000€ à la collectivité chaque année. En comparaison, les frais de scolarité dans un établissement hors contrat comme Ipesup se montent à 7.500€ (2007, source).

Comment expliquer de tels écarts cependant ? Selon les experts de l’iFRAP, trois raisons expliqueraient cet écart : le coût des retraites publiques, des investissements en infrastructures plus importants dans le public et un encadrement de personnels techniques également plus coûteux dans le public. Mais cela n’explique qu’une partie du surcoût : sans eux, l’enseignement public resterait 1313 euros plus cher à l’école élémentaire et 721 euros plus coûteux dans le second degré. « Au total, le surcoût du public atteindrait 1,5 milliard d’euros par an alors que les résultats du privé sont comparables voire un peu meilleurs que ceux de l’école publique », concluent les auteurs de l’étude.

Suggérons une explication de l’écart résiduel, la mauvaise gestion générale de l’Éducation nationale. Comment un paquebot de 1,1 million de fonctionnaires pourrait-il être géré efficacement depuis la rue de Grenelle, sans délégation ? Une administration pléthorique qui multiplie les emplois fictifs et ne sait même pas combien de personnes elle emploie !

Alexis Vintray pour contrepoints.org

 

 

Téléchargez gratuitement l'application Peuple de France sur Google Play

Publié dans France

Commenter cet article

Dave 04/09/2017 11:12

On peut ajouter que le privé peut se permettre de choisir ses élèves. Et généralement, les enfants très à la ramasse restent dans le public.

Or, un enfant en grande difficulté "coûte" plus cher (encadrement supplémentaire type AVS - quand il y en a - , redoublement...) qu'un enfant qui ne pose pas de soucis.