Bordeaux : le dérapage d’une journaliste de Sud-Ouest sur Sens commun

Publié le par LA REDACTION

Bordeaux : le dérapage d’une journaliste de Sud-Ouest sur Sens commun

Rachel Garrat-Valcarcel est journaliste à Sud-Ouest. Celle qui se définit comme une « Gender traitor » a une vision très partiale de l’actualité. Dernier exemple en date avec l’annonce du président de Sens Commun qui « tend la main » à Marion Maréchal-Le Pen. Rachel Garrat-Valcarcel a commenté sur son compte Twitter : « Il lui tend le bras, non ? », amalgamant ainsi le geste politique à un salut fasciste ou nazi.

 

 

Le conseiller municipal Front national de Libourne, Gonzague Malherbe, a tenu à réagir :

« Rachel Garrat Valcarcel nous montre par ce tweet que la neutralité politique n’est pas sa première préoccupation. Ceci explique en grande partie pourquoi les articles du Sud-Ouest sont très souvent à charge contre le Front national ».

Il est vrai que sur les réseaux sociaux, Rachel Garrat-Valcarcel (photo) ne fait pas mystère de ses opinions politiques favorables à la gauche. Son soutien à la cause homosexuelle et son opposition à la Manif pour tous sont également manifestes.

Ce n’est pas la première fois que les journalistes de Sud-Ouest sont mis en cause pour leurs « dérapages ». En début d’année, Emilien Gomez, correspondant pour la ville de Sarlat (Dordogne) déclarait sur son profil Facebook : « Oui, personnellement je stigmatiserai toujours les élus FN et j’en n’ai pas honte » ! Nos lecteurs se souviennent également de Clément Beuselinck-Doussin qui avait attaqué à grands coups de pavés la vitrine d’une librairie catholique bordelaise.

Sources Infos Bordeaux - novopress.info

Téléchargez l'application Peuple de France dans Google Play 

Publié dans medias

Commenter cet article

Vent d'Est, Vent d'Ouest 11/10/2017 11:28

La plupart des journalistes - que la décence m'empêche d'appeler autrement , j'ai décidé aujourd'hui d'être correcte - sont des c... finis. Je suis ravie qu'un de mes enfants ait renoncé à se lancer dans le journalisme car elle a très vite compris ce que ce milieu valait : déloyauté, mensonge, hypocrisie, se couchant devant la pensée unique et le politiquement correct...étant leurs apanages, la liste n'étant pas exhaustive, certains mots me manquant pour traduire ce que je perçois chez eux. Naturellement, ce message ne s'adresse pas à de trop rares journalistes qui font véritablement preuve de professionnalisme.