Me Goldnadel : la décision de détruire la croix de Ploërmel est « suprêmement insensée »

Publié le par LA REDACTION

Gilles-William Goldnadel. Image christianophobie.fr.

Gilles-William Goldnadel. Image christianophobie.fr.

Fondateur et président de l’association Avocats Sans Frontières, et président de l’Association France-Israël, l’avocat et essayiste Gilles-William Goldnadel a donné à FigaroVox une chronique dès plus tonique dans laquelle il dit, sans prendre de gants, ce que lui inspire la décision du Conseil d’État. On apprécie et on lève son chapeau…

[…] Si un défilé n’excluant a priori personne était organisé dans la foulée du hashtag #MontreTaCroix, j’y protesterais volontiers avec mes pieds contre la dernière décision du Conseil d’État ordonnant l’amputation du symbole de la chrétienté sur une œuvre d’art consacrée à Jean-Paul II et édifiée sur une place de Ploërmel. Bref un calvaire administratif en plein pays catholique et breton.

Au plan juridique, la décision apparaît suprêmement insensée. Il ne s’agit pas de l’édification d’un emblème religieux dans l’espace de la République, il s’agit d’une partie de l’ornement emblématique d’un tout artistique.

Mais laissons là le droit. Je sais bien quel est l’esprit qui souffle depuis longtemps sur la haute institution. Je sais ce qui se trame dans l’inconscient du juge administratif. La religion des natifs ne bénéficie pas des mêmes prévenantes attentions que celle des nouveaux arrivants, du voile jusqu’au burkini. Celle des « chrétiens zombies », de la religion des Blancs qui se meurt, pour reprendre la hideuse expression d’Emmanuel Todd pour les taxer pour le même prix d’islamophobie.

Maudits chrétiens racistes parce qu’occidentaux dominants. Cachons leurs emblèmes. Comme cette marque de yaourt grec qui vient d’effacer la croix orthodoxe sur son étiquette pour n’offenser personne. Comme la régie publicitaire de la RATP qui interdisait toute publicité caritative pour les chrétiens d’Orient martyrisés pour n’offusquer personne. Comme cette loi mémorielle Taubira qui interdit le souvenir de la traite arabique des chrétiens pour ne désespérer personne dans les banlieues.

La mairie de Paris peut bien organiser la nuit du ramadan aux frais du contribuable, sans attenter à la laïcité, et les prières de rue se poursuivre sans emprise sur l’espace public. Sous l’empire de la laïcité française à géométrie variable et de la pudibonderie américaine schizophrène, on applaudit donc le plug anal, on célèbre le vagin royal et on construit des édicules zoophiles où l’on sodomise les chiens sans égard pour le regard enfantin.

Dans mes Réflexions sur la question blanche, je confessais qu’en ma petite enfance normande mais judaïque je craignais de dormir dans un lit surmonté d’une croix catholique. L’église en ces temps-là était encore dominante et parfois impérieuse.

Adulte, je ne puis souffrir que l’on interdise aux enfants malmenés de sa fille aînée de montrer leur croix où ils veulent sur leur terre de France […]

Sources FigaroVox - christianophobie.fr

Téléchargez l'application Peuple de France dans Google Play 

Publié dans France

Commenter cet article

Vent d'Est, Vent d'Ouest 02/11/2017 16:10

La libre Pensée, oui, mais nauséabonde.