La France est en danger

Publié le par LA REDACTION

La France est en danger

Prétendre lutter contre le terrorisme en réduisant le budget de la Défense est un non sens

« On ne peut pas lutter contre le terrorisme en diminuant de 850 millions le budget des Armées » Citation du Général Bertrand Soubelet
 

Jour après jour, une vraie guerre s’installe sur le sol de France. Et le Premier Ministre nous demande de nous habituer! Et le gouvernement s’indigne, clame son horreur, dépose des gerbes… Quant à nous, nous n’avons plus que le droit de nous taire, il faut se souvenir des paroles M Le Guen,(PS) « critiquer le gouvernement c’est critiquer la démocratie ».
 

Ce qu’il faut dire, c’est que le fascisme est en marche, que la démocratie est en danger et, au-delà, la France elle-même est à la merci de conquérants islamistes. Et cela à cause de gouvernants qui, depuis quarante ans, droite et gauche confondues, ont laissé s’installer cette guerre, et qui aujourd’hui, dépassés par les événements parce qu’ils ne pensent qu’à la prochaine échéance électorale, ne prennent pas les mesures propres à nous protéger, à détruire les islamistes, à redonner un avenir pacifique à la France.
 

L’engrenage de guerre civile est en place : l’exaspération monte chaque jour, ainsi que le sentiment d’avoir été trahis, abandonnés. Et la surenchère de quelques politiciens laisse croire à certains que la violence pourrait être la solution. Ni l’état d’urgence à géométrie variable ni les coups de menton ne viendront à bout de cette situation. La guerre contre les islamistes sera longue et difficile, mais nous devons refuser cet engrenage de guerre civile, qui nous précipiterait dans le chaos.
 

Rappelons que le candidat Macron avait promis d’augmenter significativement le budget alloué aux armées, action indispensable dans un contexte de lutte contre le terrorisme où nos soldats combattent des ennemis toujours plus redoutables. Le général de Villiers, héros de la guerre du Kosovo, est pleinement dans son rôle quand il rappelle, devant la commission de la Défense, que « beaucoup de jeunes sous-officiers n’arrivent même plus à se loger ». M. Macron a rappelé le général à son rôle de réserve. Mais qu’a donc fait le général ?
 

A-t-il convoqué une conférence de presse ? Nullement. A-t-il donné une interview fleuve à une presse à sensation ? Pas du tout. Il a simplement répondu aux questions de la commission de la Défense. D’ailleurs le président de cette commission, pourtant député LREM, a soutenu le général de Villiers dans sa démarche. Si une personne a lamentablement manqué à son devoir de réserve, c’est bien le président Macron. Une fois de plus, par arrogance et suffisance, il s’est transformé en ce 14 juillet en petit « chef des armées » qui humilie des hommes qui risquent leur vie pour la France.

"Je soutiens totalement le général de Villiers dans son action. Nos armées et nos soldats ont besoin de financement suffisant si la France souhaite gagner la guerre contre le terrorisme, préserver son indépendance nationale et son rang de grande puissance aux yeux du monde entier." (Nicolas Dupont-Aignan)
 

Continuons :
 

Un général fustige “l’amateurisme” de l’Etat L’annonce des économies budgétaires dans le ministère des Armées a provoqué la colère d’un autre général, Vincent Desportes. Sur Europe 1 ce 14 juillet, il a dénoncé “l’amateurisme” du gouvernement.
 

Le 11 juillet, Gérald Darmanin a annoncé que les économies budgétaires devront avoir lieu dans chaque ministère. Une nouvelle qui a provoqué le coup de gueule du chef d’état-major des armées, Pierre de Villiers. Recadré par Emmanuel Macron, il a été soutenu par un autre général, Vincent Desportes. Sur Europe 1 ce 14 juillet, il a haussé le ton et a dénoncé “l’amateurisme” du gouvernement. “Nous pensions avoir un nouveau président, et l’on reprend les vieilles manières” “Cette annonce n’aurait jamais dû être faite avant le 14 juillet. Donc on est bien dans une maladresse. Est-ce qu’on est devant de l’incompétence ?”, a-t-il demandé. “De l’amateurisme ? Très probablement !”, a lâché Vincent Desportes. “J’en veux quand même un peu au président de la République. Il a dit aux militaires qu’il respecterait les contraintes humaines et matérielles”, se désole ce général de division de l’armée de terre et professeur associé à Sciences Po.
 

Ce sont justement les politiciens responsables de cette situation qui devraient s’astreindre eux-mêmes à un devoir de réserve, plutôt que de s’accrocher au pouvoir et de donner leur avis sur tout. Leur parole n’est plus légitime ! « Un militaire, c’est comme un ministre : ça ferme sa gueule ou ça s’en va » Non, un officier général n’est pas un ministre qui passe d’un ministère à un autre souvent sans connaître grand-chose aux matières qu’il est amené à y traiter.
 

Un officier général, en situation de responsabilité, possède une compétence indiscutable et indispensable pour permettre aux dirigeants politiques (Président, ministres et élus) de prendre les meilleures décisions en toute connaissance de cause. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le général Soubelet a été auditionné !
 

Les militaires, y compris ceux qui appartiennent au haut commandement, ont donc le devoir de s’exprimer devant les élus et les Français avec la plus grande franchise.
Refuser les analyses et les propositions de ceux qui possèdent la connaissance précise des réalités, c’est faire preuve d’un autisme qui explique sans aucun doute bien des problèmes que la France rencontre sans les traiter au fond parce que ses dirigeants ne savent pas écouter et donc comprendre et décider avec intelligence.

 

La France souffre de l’absence de véritables chefs, la France est maltraitée par les partis politiques. Sans objectif clairement défini ni volonté ferme, une nation ne peut avancer, ni même se défendre. Les politiciens ne sont plus des chefs, au mieux ce sont de consciencieux fonctionnaires ou comptables, mais aucun ne sait diriger une équipe. Si E. Macron s’exaspère vulgairement de l’intervention des officiers dans les affaires de l’Etat, qu’il soit bien conscient que c’est aussi son inaction qui les rend nécessaires.
 

Et surtout il faut arrêter de demander du courage aux Français alors que l’État fait preuve de faiblesse dans toutes ces décisions.
 

Quand prendra fin le scandale de ces quartiers entiers abandonnés à l’insécurité?
Pour le général Bertrand Soubelet, la politique générale définie par le Premier ministre a de quoi inquiéter les Français. Sur les questions du terrorisme, des fractures françaises et de la partition du territoire, les orientations du nouveau gouvernement ne sont pas à la hauteur.

 

En attendant, il est du devoir de ces Généraux de parler et d’alerter le peuple quant aux graves événements qui pourraient advenir à court terme. Pour tenir tête au chef de l’état il faut être de la trempe des Généraux Salan, Jouhaud, Challes et Zeller !

Gérard Coutant pour observatoiredumensonge.com

 

 

Peuple de France a besoin de votre soutien. Faire un don sur paypal.com

                                                ___________________________

Vous n'avez pas encore l'application Peuple de France ? Téléchargez-la gratuitement dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

Publié dans France

Commenter cet article