Hollande « laisse un pays dans un état bien meilleur que celui qu’il a trouvé ». Vraiment ?

Publié le par LA REDACTION

Hollande: un bilan catastrophique.

Hollande: un bilan catastrophique.

La foule en délire acclame son champion. La bête immonde, Nicolas Sarkozy est terrassé en cette soirée du 6 mai 2012. Les drapeaux étrangers flottent sur la place de la Bastille. La finance n’a plus que quelques jours à vivre. L’Europe sera refondée… L’espoir brille de mille feux. Cinq années plus tard, Hollande « laisse un pays dans un Etat bien meilleur que celui qu’il a trouvé ». Vraiment ?

Bilan contrasté, bilan mitigé, bilan en demi-teinte. Tout y passe pour décrire le bilan de François Hollande. Mais pourquoi ne pas utiliser des qualificatifs qui rendent compte de la réalité ? Pourquoi ne pas qualifier ce quinquennat de cataclysmique sur le plan économique et de honteux sur le reste ? Peut-être encore une fois pour redorer la légende des ex-présidents. Peut-être pour ne pas avoir à changer son fusil d’épaule en donnant aux Français une information non biaisée. Peut-être pour protéger la créature Macron qui a succédé à son piteux mentor.

Dans les ruines de Solférino…

Le 14 mai 2017, un homme seul, usé par la fainéantise et le mensonge s’avance dans les jardins dévastés de la rue de Solférino. Quelques dizaines de zombies et de faux-culs applaudissent tandis qu’une ridicule banderole montre le visage de l’intéressé accolé à un grotesque « Merci ». François Hollande, le fossoyeur de la gauche et du PS est de retour au siège de son parti (pour lequel il n’a pas voté à la présidentielle) pour défendre (une fois encore) son bilan. Il vient de quitter l’Elysée. Malheureux de ne pas avoir pu s’y maintenir cinq ans de plus, mais heureux d’avoir enrhumé les électeurs en y laissant son protégé Macron.

Il monopolise la parole pendant 25 longues minutes alors que tous cherchent à s’en débarrasser au plus vite pour travailler à leur survie politique. On écoute poliment les bêtises lancées par le désormais ex-chef de l’Etat. Après s’être moqué de la droite, il conclut le plus sérieusement du monde sue « je suis ici pour rassembler ». Rassembler quoi ? Les débris d’un PS fini ? Ou rassembler depuis le QG du PS la France qu’il a martyrisée tout au long de son mandat ? Menteur ou sénile, Hollande file un mauvais coton.

Hollande est là pour défendre son bilan, mais prévient d’emblée. « Je ne veux pas parler de chiffres » car ce n’est pas le bon jour pour un tel exercice. Malheureusement pour lui, ce ne sera jamais le jour car les chiffres reflètent plutôt fidèlement la nullité de son action à la tête de la sixième puissance économique au monde. La croissance a toujours été en berne. Sur cinq années de présidence, sept semestres ont vu le PIB décroître, 4 trimestres à 0 (ou peut-être moins si les chiffres n’ont pas été arrangés) et le record de croissance a été de 1,1 %. Hollande, en pur génie de l’économie s’est pris les pieds dans le tapis après avoir soutenu pendant toute la campagne de 2012 qu’il règlerait la situation aussi rapidement qu’efficacement.

Grande priorité du quinquennat, le chômage a été combattu à coups d’emplois aidés, de formations permettant des tours de passe-passe statistiques et de radiations des listes de Pôle emploi. Résultat 585 000 chômeurs supplémentaires remercient notre bon président de gauche ! La crise mondiale était pourtant derrière lui, mais à prendre des décisions idéologiques qui font du mal aux Français et à l’économie, la courbe du chômage a explosé et a perdu un Hollande qui avait tout misé sur cet enjeu.

A la recherche d’un bilan positif…

Peut-être aurait-il dû miser sur un retour en force de la France au niveau européen avec en prime de bons éléments à communiquer à nos partenaires ? Non, et pour une fois il a bien fait. A peine investi en 2012, Hollande s’est précipité à Berlin (ça rappelle quelqu’un…) pour se jeter aux pieds de la Chancelière et oublier ses promesses de campagne de refonder une Europe détestée par les Français qui en sont victimes. Autre promesse non tenue, la dette a explosé passant de 89,6 % du PIB à 96 % grâce à la gestion exemplaire du couple Hollande-Macron. Enfin, le pouvoir d’achat des Français est tombé dans les abysses à cause des impôts, taxes et surtaxes concoctés par une gauche devenue hystérique.

Mais bon, peu importe les chiffres. Ce qui est important au fond c’est que « la France est restée la France ». Hollande répondrait-il encore à la critique justifiée de Donald Trump ? La vérité blesse les âmes arrogantes qui vivent dans et par le mensonge. Hollande est tout heureux de ses performances post-attentats. A chaque fois un discours convenu dans des circonstances dramatiques, un dépôt de gerbe et on espère qu’un autre kamikaze ne fera pas un nouveau carnage. Hollande le mou refuse de comprendre que sa politique pro-immigration, pro-communautarisme et anti-régalien ne fait que porter ses fruits. Et pour être certain que les choses perdurent, il a saccagé l’école, détruit la famille et sali la France. Quand on vous dit que « son bilan est contrasté »….

24heuresactu.com

 

Publié dans Hollande

Commenter cet article