Les Journalistes sont les idiots utiles du macronisme

Publié le par LA REDACTION

Les Journalistes sont les idiots utiles du macronisme

Macron est une farce dangereuse qui accumule les pouvoirs pour assurer un espace assez grand à son ego démesuré.

 

Arrivé au pouvoir grâce à une campagne de propagande sans précédent dans l’Histoire de France, Emmanuel Macron fuit les journalistes comme la peste depuis son élection. Une seule petite interview accordée à la presse depuis le mois de mai et surtout une communication cadenacée pour donner aux Français l’image d’un président jeune et compétent. Mis sur la touche, les journalistes commencent à s’impatienter à l’image de l’ancienne correspondante de Canal+, Laurence Haïm qui a quitté En Marche après avoir donné le peu qu’elle avait en magasin.

On n’est jamais mieux servi que par soi-même. Ce vieil adage a été vite repris par les éminences grises d’En Marche. Une fois le pouvoir conquis pour le mettre à entière disposition de quelques élites malfaisantes, les sbires d’Emmanuel Macron ont une nouvelle idée en tête : transformer la coquille vide d’En Marche pour en faire un média. Une stratégie décapante qui illustre la vraie nature du pouvoir. Macron ne fait pas de la politique, mais un show dans lequel le public hypnotisé ne comprend pas qu’en coulisses le vrai pouvoir tire les ficelles pour son seul profit.

Ainsi, dans l’esprit jupitérien de notre président, les partis politiques ne servent à rien. Il a bien réussi à prendre l’Elysée sans aucune troupe (pas même les « marcheurs » que personne n’a jamais rencontré avant l’élection présidentielle), il peut donc s’y maintenir s’il actionne les bons leviers. Dans le cas présent, le plus important est médiatique. Il faut contrôler l’information qui sort afin de créer une réalité. Peu importe qu’elle soit à des années lumières de la vraie réalité. C’est pourquoi, les cerveaux d’En Marche ont annoncé il y a deux semaines que le mouvement allait commencer sa mue et « se constituer comme un média » (avec les subventions de l’Etat qui vont avec ?).

Tout contrôler pour ne pas avoir à se justifier

Il s’agit là d’un pari audacieux, mais finalement pas si étrange compte tenu de l’aversion d’Emmanuel Macron pour la discussion et la moindre interprétation. Toujours mis dans des conditions parfaites par des journalistes aux ordres, il passe même beaucoup de temps à choisir ceux qui auront le privilège de le suivre dans ses déplacements ultra-encadrés et scénarisés. Mais voilà, le contrôle absolu sur des entités étrangères ne lui suffit plus. Il faut contrôler tout à 100 % et cela passe par des informations produites et narrées par des journalistes d’En Marche. Ainsi, le mouvement a déclaré être à la recherche de « rédacteurs » de contenus et de vidéastes enthousiasmés par le vide macronien. Nul doute qu’il y aura des prétendants, les médias ont bien fait leur travail jusqu’à maintenant pour faire croire que Macron est un pur génie.

Mais cette initiative ne plaît pas à ces mêmes médias qui commencent à comprendre qu’ils ont couronné un roi qui leur crache au visage régulièrement. Ils frappent à la porte de l’Elysée et au lieu d’avoir le gros Hollande qui leur ouvre avec champagne et pâtisseries dans les mains, on leur colle un coup au cul… Autre micro-événement qui illustre la désillusion des journalistes, le départ de Laurence Haïm qui avait troqué son costume de correspondante aux Etats-Unis pour un rôle plus officiel de propagande en qualité de porte-parole du candidat Macron.

Très mauvaise en plateau, ne connaissant aucun dossier et encore moins la vie des Français, Haïm fut un temps mise au réfrigérateur (histoire de suivre des cours du soir) avant de reprendre du service. Pas longtemps, car l’ancienne Obama girl vient d’annoncer son départ d’En Marche et a posté une photo du réceptionniste en guise de message d’adieu. L’amour ne dure qu’un temps surtout quand on comprend qu’on a été utilisé pour ses trop rares talents. Celui de Laurence Haïm était de connaître sur le bout des doigts l’équipe Obama, ce qui a permis à Macron de se mettre en scène dans une conversation téléphonique assez pathétique. Une fois ce seul joker mis sur la table, Haïm est devenue le gros boulet qu’elle a toujours été. Sa demande réelle ou non d’acquérir un poste d’ambassadeur importe guère. Laurence Haïm symbolise les journalistes cocus qui ont de plus en plus envie de dire du mal de Macron, mais qui ne peuvent aller au bout de la logique par crainte de perdre leur emploi à la nouvelle ORTF.

Ce cocufiage a de quoi faire sourire, mais ce passage par dessus a tête des journalistes de la part du président est inquiétant. Il n’entend pas rendre des comptes à qui que ce soit et les (trop) rares observations de ces dérapages sont systématiquement sanctionnés. Haïm du côté des journalistes, le général de Villiers du côté de l’armée. Macron souhaite tout contrôler et ça commence par ce qu’il laisse voir de lui aux Français ! Macron est une farce dangereuse qui accumule les pouvoirs pour assurer un espace assez grand à son ego démesuré.

 

24heuresactu.com

 

 

Vous n'avez pas encore l'application Peuple de France ? Téléchargez-la gratuitement dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

Publié dans Macron, medias

Commenter cet article