Monsieur Hollande, il n'est pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre !

Publié le par le front anti-Hollande

"Il n'est pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre." Et "rien n’est pire que celui qui refuse d’entendre la vérité car il refuse de jouer le jeu de la communication et de la vérité, socle fondamental de toute relation humaine."

Depuis qu'il est à l' Elysée, François Hollande n'a jamais écouté les multiples recommandations des divers rapports des économistes ou du FMI de baisser les dépenses publiques plutôt que d'augmenter la fiscalité. En faisant la sourde oreille et en mettant en place sa politique de matraquage fiscal pour financer ses dépenses, "Monsieur bricolage" mène la France à la catastrophe.

Dans son rapport annuel publié lundi, le FMI demande à François Hollande de diminuer les dépenses publiques plutôt que d'augmenter les impôts.

La France, qui s'était engagée auprès de ses partenaires européens à ramener ses déficits à 3 % du PIB dès 2013, a obtenu deux ans de délai pour atteindre cet objectif. Le FMI juge par que "cette réduction du déficit devrait se faire davantage par une diminution des dépenses publiques, et moins par des augmentations fiscales."

"Réduire les dépenses plutôt que d'augmenter les impôts"

"Le gouvernement doit (...) réduire les dépenses plutôt que d'augmenter les impôts, qui sont parmi les plus élevés au monde et ont un effet négatif sur l'investissement et la création d'emplois" Ed Gardner, chef de la mission France du FMI, juge l'objectif du gouvernement français d'inverser la courbe d'ici fin 2013 "difficile à atteindre".

Le rapport Gallois de novembre 2012, préconise le transfert d'une partie des charges sociales jusqu'à 3,5 SMIC - de l'ordre de 30 milliards d'euros, soit 1,5 % du PIB - vers la fiscalité ( TVA) et la réduction de la dépense publique.

"Priorité à la maîtrise des dépenses publiques"

En début d'année, La Cour des comptes demande que "la priorité soit mise sur la maîtrise des dépenses publiques, il est temps, désormais, d’intensifier l’effort de la maîtrise de la dépense dans toutes les administrations publiques (État, collectivités territoriales, sécurité sociale, opérateurs de l’État) et de réduire la part de ces dépenses dans le PIB." Pour la Cour, cela passe par une meilleure productivité. Cette même cour des comptes qui en 2012 avait salué la politique de maîtrise des dépenses de Nicolas Sarkozy.

Tous ces rapports sont des appels clair et net à cesser le matraquage fiscal, une demande de mettre un terme à cette politique qui accable l'économie, asphyxie l'activité et tue l'emploi.

François Hollande doit entendre, écouter et suivre ces recommandations. Il doit changer de cap pour ne pas mener la France sur le chemin...de l'irréparable !

Monsieur Hollande, il n'est pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre !

Publié dans Gouvernement, Hollande

Commenter cet article

carte france 09/08/2013 01:46

La France...quel beau pays. Il faut en prendre soin... surtout quand on a le "pouvoir" de le faire.
Camille