Les policiers au bord de la rupture

Publié le 16 Octobre 2016

La colère ne cesse d'enfler dans les rangs des policiers, après l'agression de quatre d'entre eux dans l'Essonne. Ils dénoncent un manque de moyens et de personnel. Ils pointent aussi du doigt l'abandon du renseignement sur le terrain.

Une autre guerre a-t-elle commencé en lisière de la cité de la Grande-Borne, dans l'Essonne, ce samedi 8 octobre peu avant 15 heures ? En tout cas il semble désormais que l'opinion, comme la presse, se soient habituées à voir des policiers ou des gendarmes blessés chaque week-end dans l'exercice de leurs fonctions. «Guet-apens» et «caillassage» sont des mots qui sont entrés le langage quotidien des commissariats situés à proximité de ces ghettos où la loi de la drogue est souvent plus forte que celle de la République. Mais, cette fois, un nouveau seuil a été franchi. Et le moins que l'on puisse dire est que les policiers sont furieux. «Près de la rupture, dit l'un d'eux, celle après laquelle on ne voudra plus mourir pour le pays, faute de se sentir soutenus par l'Etat. Aucun collègue n'ose plus sortir son arme de service de peur d'être emmerdé par l'administration...»

Sécuriser une caméra

Cet après-midi-là, dans ce département de la grande couronne éloigné des centres de décision, bien que le Premier ministre, Manuel Valls, en soit l'un des élus, deux voitures de police sont positionnées pour protéger un poteau au sommet duquel a été installée une caméra de vidéo-surveillance, à l'initiative de la mairie de Viry-Châtillon. Pourquoi mobiliser deux voitures et quatre fonctionnaires pour sécuriser une caméra ? Parce qu'elle filme les alentours de ce carrefour du Fournil, connu de plusieurs générations de flics, depuis la construction de la cité de la Grande-Borne. Un carrefour où les CRS s'étaient déjà fait tirer dessus lors des émeutes de 2005 et où prospèrent, selon un connaisseur, «vols à la portière, agressions, échange de marchandises volées et trafic de stupéfiants». «Dans le coin, soupire un gardien de la paix, on surveille bien les engins de chantier, alors pourquoi pas une caméra ?» Des inconnus ont d'ailleurs tenté une première fois de scier le poteau, manière de sécuriser «leur» territoire. Comme cela n'a pas suffi, une voiture bélier a été utilisée ensuite, sans plus de résultat. C'est depuis ce jour que deux voitures protègent le périmètre, alors que des plots en béton ont été installés autour du poteau et de la caméra.

Samedi, les chefs n'ont rien vu venir, probablement obnubilés par la première préoccupation : le terrorisme. Et c'est en plein après-midi que le commando, composé d'une quinzaine de personnes, est passé à l'action. Un raid «organisé et prémédité», selon un témoin. «Une minute d'extrême violence», confie un autre. Des jeunes cagoulés, venus pour «bouffer du flic», auraient jeté des projectiles pour casser les vitres de l'une des voitures - à l'intérieur de laquelle se tenaient un adjoint de sécurité (ADS) de 28 ans et une brigadière fraîchement débarquée de la région lyonnaise - avant d'y lancer un cocktail Molotov qui a aussitôt incendié l'habitacle, puis la tenue des fonctionnaires. L'autre équipage de policiers aurait juste eu le temps de s'extraire de son véhicule avant qu'un deuxième engin incendiaire n'y mette le feu, et que s'engage un bref face-à-face avec les assaillants, qui vont prendre la fuite en empruntant un souterrain tout proche. Un acte de guérilla urbaine destiné à protéger le «bizness», perpétré par des criminels que Bernard Cazeneuve a maladroitement appelés «sauvageons».

« Il y a des quartiers où on ne peut pas entrer à moins de 30 »

Depuis, les mauvaises nouvelles s'accumulent au sujet de l'état de santé du jeune ADS, le plus touché des quatre, ce qui plonge ses collègues dans une colère noire. Les uns parlent d'un «acte de terrorisme», à l'instar de Denis Jacob (secrétaire général d'Alternative police CFDT), la tentative d'assassinat ne faisant à ses yeux aucun doute. D'autres font le procès des choix de la hiérarchie, comme Nicolas Comte, secrétaire général d'Unité SGP Police FO. «Ce n'est pas un problème d'effectifs, mais d'approche, dit-il. On est employés à des tâches sans rapport avec notre métier. Les collègues veulent faire leur boulot !» «Il faut refaire du renseignement», dit un officier, navré que l'Etat ait lâché sur ce terrain après les émeutes de 2005. «Oui, clame un brigadier, fâché contre les discours de la classe politique, il y a des zones de non-droit. Ce sont des quartiers où on ne peut pas rentrer à moins de 30, où les pompiers et les médecins ne viennent pas sans être accompagnés par des policiers.» Dans les rangs, certains ne cachent pas leur envie d'en découdre avec ces agresseurs, mais ils en resteront (pour le moment) aux intentions.
 

Rédigé par La rédaction

Publié dans #France

Commenter cet article