Milan : un réfugié refuse de payer son taxi « Je suis à la charge du système de santé italien. »

Publié le par LA REDACTION

Milan : un réfugié refuse de payer son taxi « Je suis à la charge du système de santé italien. »

A Milan, un réfugié somalien de 25 ans a refusé de payer les 42 euros de taxi après un contrôle médical à l'hôpital. Finalement, le chauffeur de taxi n'a pas porté plainte.

L'incident incroyable est arrivé la nuit dernière à Milan. Un réfugié somalien a appelé un taxi pour aller de l'hôpital - où il avait été admis - jusqu'au Mémorial de la Shoah Safra Square, où il vit dans les locaux gérés par la Communauté de Sant'Egidio.

Sauf qu'au moment de payer les 42 euros de la course, l'homme a refusé de payer le chauffeur de taxi parce qu'il pensait que l'argent était « à la charge de l'hôpital. » Le chauffeur de taxi a appelé la police, mais a finalement choisi de ne pas signaler le jeune.

L'homme de 25 ans, réfugié somalien vivant à Milan dans la Communauté de Sant'Egidio, revenait d'une visite à l'hôpital Gaetano Pini. Après avoir été libéré, l'homme a décidé d'appeler un taxi pour rentrer chez lui. Tout s'est bien passé, du moins jusqu'à ce qu'il soit arrivé à destination.

Là, le chauffeur de taxi a demandé au jeune homme de lui payer 42 euros. Demande à laquelle le Somalien a opposé un refus catégorique, affirmant que la somme « devait être payer par l'hôpital. » A ce moment, le chauffeur de taxi a appelé la police qui est intervenue immédiatement sur la place Safra pour comprendre ce qui se passait.

Le réfugié somalien a réitéré aux agents qu'il n'avait pas l'intention de payer la course, déclarant obstinément que la somme était prise en charge par le système national de santé. Face à la volonté exprimée par le jeune, la police a demandé au chauffeur de taxi de fermer les yeux et, finalement, l'individu n'a pas été dénoncé.

Source Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch

 

Peuple de France a besoin de votre soutien. Faire un don sur paypal.com

Publié dans International

Commenter cet article