Montpellier : séquestrés dans une rame du tramway, battus et volés

Publié le par LA REDACTION

Tramway de Montpellier. Illustration

Tramway de Montpellier. Illustration

Cinq Montpelliérains âgés de 18 ans à 21 ans, quatre hommes et une femme ont été interpellés cinq mois après avoir commis une violente agression dans une rame de tramway à Montpellier. Deux jeunes passagers sont tombés dans un véritable guet-apens.

Dans la nuit du 18 au 19 février dernier, le retour dans leur quartier de deux amis après une bonne soirée passée dans l’Écusson a viré au cauchemar : ils ont pris le dernier tramway sur la ligne 2 dans une station de la ville. Sur le trajet, alors qu’ils voyageaient seuls dans une rame, cinq passagers sont montés dans un des arrêts situés entre la gare et les Sabines. Quatre hommes et une femme qui avaient l’intention de profiter de ce que la rame était déserte hormis les deux jeunes montpelliérains pour passer à l’acte.

Toutes les portes ont été bloquées pour interdire une fuite, chaque agresseur se plaçant devant les issues et les signaux d’alarme impossible à actionner pour alerter le traminot, afin de séquestrer les deux voyageurs. Braqués avec un couteau, les deux « proies » faciles ont été tabassées pour remettre leurs effets personnels, avant d’être libérés à la station du Mas Drevon.

Alors que les victimes tétanisées regagnaient à pied leur domicile respectif, ils croisaient une nouvelle fois le groupe d’agresseurs, également descendus du tramway visiblement qui les rouaient de coups, après les avoir jetés à terre, dans une rue du Mas Drevon.

Tabassés à coups de pied et de poing, les deux victimes ont été dépouillées des téléphones portables qu’ils avaient pu dissimuler lors de la première agression dans la rame du tram. Les deux Montpelliérains ont également été délestés de leur argent liquide, de leurs bijoux et de leurs cartes bancaires.

 

Ils ont été déférés au parquet de Montpellier qui a ouvert une information judiciaire au cabinet d’un juge d’instruction. Trois des agresseurs présumés ont été placés sous mandat de dépôt, deux hommes à la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone, la femme à la prison de Nîmes. Les deux autres auteurs présumés qui n’avaient que bloqué les portes du tramway, sans exercer de violences ont été remis en liberté jusqu’au procès devant le tribunal correctionnel.
 

En savoir plus sur e-metropolitain.fr

 

 

Vous n'avez pas encore l'application Peuple de France ? Téléchargez-la gratuitement dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

Publié dans Faits-divers

Commenter cet article