François Hollande hué : La France au bord de "l'explosion sociale"

Publié le par le front anti-Hollande

Au lendemain des sifflets contre François Hollande lors des cérémonies du 11 novembre, la presse de ce mardi se montre très préoccupée par cette "France au bord de l'explosion sociale". Les titres des quotidiens ne feront pas remonter le moral, au plus bas, de l' exécutif : "Le président des sifflets" (20 minutes), "Ça craque de partout" (L'Opinion), "La fronde se généralise" (Le Figaro), "La pression monte sur Hollande" (Les Échos). Ces incidents démontre un climat inquiétant où "chaque jour qui passe voit l'ouverture d'un nouveau front de la protestation", constate Philippe Marcacci dans L'Est républicain. "On peut, comme François Hollande, prétendre tenir le cap, mais il deviendra vite impossible de faire comme si rien de tout cela n'avait d'importance", renchérit Nicolas Beytout dans L'Opinion.

De la France "apaisée", le président de la république en a fait la France "révoltée". Ainsi la colère du peuple de France n'a pas résisté et s'est exprimée malgré ce moment de recueillement pour les "morts pour la France". Comme lors du 14 juillet 2013, François Hollande a été hué comme aucun président dans de telles cérémonies hautement symbolique pour la nation. Le fascisme gauchiste devrait plutôt se demander pourquoi François Hollande a été sifflé au lieu d'accuser, à tort, comme l'a fait Manuel Valls, le Front National d'être le responsable. Le président de la République, lui seul, est responsable de ce climat d'insurrection. Son silence, son immobilisme face à la gronde des Français ne fera qu' aggraver la situation. Ce n' est pas avec un remaniement ministériel ou avec un changement de premier ministre que la situation s'apaisera. Mais avec une baisse drastique des impôts et taxes afin de redonner du souffle aux ménages et aux entreprises.

Si l'exécutif s'obstine à vouloir garder son "cap", alors la poudre parlera !

Publié dans Hollande, Gouvernement

Commenter cet article