Paris: près de 600 migrants revenus à la Porte de La Chapelle

Publié le par LA REDACTION

Les migrants de retour à porte de la Chapelle. Archive.

Les migrants de retour à porte de la Chapelle. Archive.

Ils avaient été évacués du campement sauvage de La Chapelle et hébergés en banlieue, ils sont peut-être déjà revenus.  

 

Près de deux semaines après l’évacuation de 2 771 migrants qui s’étaient installés aux abords du centre humanitaire saturé de la porte de La Chapelle (XVIIIe), les réfugiés se sont à nouveau regroupés boulevard Ney : ils sont désormais plusieurs centaines. Et, alors que le défenseur des droits, Jacques Toubon, annonce qu’il va s’intéresser de près à leur sort, la préfecture de région, qui a organisé la 34e et dernière « mise à l’abri », reconnaît que certains réfugiés ont déjà quitté les structures d’accueil. 560 personnes, au total, sont parties volontairement. Pour regagner la Chapelle, et poursuivre l’interminable attente ? Probablement, pour certains d’entre eux. Même si la région affirme que 1 850 réfugiés évacués le 7 juillet, sont encore présents dans les gymnases et les centres d’hébergement franciliens mis à disposition, et bénéficient d’un suivi social et médical.

 

 

Sur le nombre de migrants évacués de la Chapelle, 265 personnes ont d’ores et déjà été admises en CAO (Centre d’accueil et d’orientation) et 70 bénéficient d’un hébergement d’urgence. Déçu par le " manque d’ambition » du plan migrants proposé le 12 juillet par le gouvernement, le Samu social ne cache pas son inquiétude quant à l’éternelle reformation des campements : « le nombre de places d’accueil est totalement sous-dimensionné, et la création d’autres centres humanitaires dans l’Hexagone n’est pas même pas envisagée par l’Etat… On va forcément dans le mur. Laisser des personnes à la rue, c’est jouer avec leur vie.." 

leparisien.fr

 

Vous n'avez pas encore l'application Peuple de France ? Téléchargez-la gratuitement dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

Publié dans Immigration

Commenter cet article