Pensée unique: la priorité du gouvernement est de punir la parole privée !

Publié le par LA REDACTION

Pensée unique: la priorité du gouvernement est de punir la parole privée !

Vient d’être publié au Journal Officiel, le “Décret n° 2017-1230 du 3 août 2017 relatif aux provocations, diffamations et injures non publiques présentant un caractère raciste ou discriminatoire”.

Selon le gouvernement, ce décret «améliore la lutte contre les manifestations de racisme, de sexisme et d’homophobie pouvant se produire dans des lieux non publics, comme au sein des entreprises ou des établissements scolaires. Il renforce à cette fin la répression des contraventions de provocation, diffamation et injure non publiques à caractère raciste, sexiste, homophobe ou handiphobe» et «élargit ces infractions aux cas où elles sont commises en raison de l’identité de genre de la victime, afin de mieux lutter contre la transphobie, et il substitue à la notion de race, qui n’est pas applicable aux êtres humains, celle de “prétendue race” comme cela a été fait dans les dispositions législatives du code pénal par la loi du 27 janvier 2017».

Ainsi, plutôt que de protéger les citoyens français des attaques quasi quotidiennes de la part d’“Allahouakbars” armés de couteaux ou au volant de fourgon fonçant sur la foule, plutôt que d’enrayer le déferlement migratoire sans précédent de clandos qui se métastasent plus vite qu’un cancer foudroyant, la priorité de ce gouvernement édouard-philippard présidé par le petit Cron est de punir la parole privée, celle de ceux qui pensent qu’il y a des races, que la religion musulmane est une religion de guerre, de haine et d’intolérance, qu’il y a des hommes et des femmes et pas de troisième genre .

 

Evidemment, le but est taper sur la France périphérique, de congeler définitivement la liberté de penser et de s’exprimer chez les Français de souche, de faire disparaître la lucidité des citoyens, de punir l’esprit critique face à un monde que les prétendues élites sont en train d’édifier contre nous.

La bien-pensance appelle systématiquement racistes ceux qui constatent la malchance qu’est, pour leur pays, l’arrivée des hordes barbares, le ramollissement cérébral provoqué par la mainmise de la théorie du genre sur notre quotidien (particulièrement dans l’éducation).

Pour anéantir ces perturbateurs “endoctriniens”, elle envoie maintenant sa police de la pensée et ses petits juges “mur des cons” dans ce qu’elle nomme le «domaine non public», autrement dit, les conversations privées.

Ce gouvernement de peigne-culs devrait demander bientôt l’installation de micros et de caméras dans les murs des habitations en attendant la mise au point d’implants crâniens détecteurs de phobies.

Les associations liberticides (LDH, Licra et compagnie) vont envoyer toujours plus de Français devant les tribunaux pour se faire tranquillement du fric.

Bientôt l’Allemagne de l’Est, l’URSS, la Chine de Mao, paraîtront des paradis déchus de la liberté d’expression par rapport à la France macroniste.

A quand  Le Grand Remplacement de Renaud Camus, Le terrorisme intellectuel de Jean Sévilla, Le suicide français d’Eric Zemmour, Le Camp des Saints de Jean Raspail, A contre Coran de Jack-Alain Léger, Le choc des civilisations de Samuel Huntington, La rage et l’orgueil d’Origan Fallaci et tant d’autres, brûlés en place publique sous le doux regard d’Edouard Philippe ?

 

Marcus Graven pour ripostelaique.com

 

Téléchargez gratuitement l'application Peuple de France sur Google Play

Publié dans Gouvernement, France

Commenter cet article

Vent d'Est, Vent d'Ouest 31/08/2017 19:15

C'est la Kommandatur qui encourage la délation en cercle privé ; il faudrait donc se méfier de tous, même de ses proches et de ses amis, car si vous êtes convoqué par la police pour avoir bravé la pensée unique, ce n'est que parce que vous avez été trahi par une personne de votre entourage, ni plus, ni moins. Ceux qui ont voté Macron, blanc ou qui se sont abstenus pour aider à mettre Macron au pouvoir ne seront pas épargnés non plus, c'est une consolation, piètre sans nul doute, je l'avoue, mais c'en est quand même une.