Séné (56). Des habitants excédés par les exactions d’une bande de jeunes

Publié le par LA REDACTION

Séné (56). Des habitants excédés par les exactions d’une bande de jeunes

Séné, petite commune de 8000 habitants du Sud-Morbihan, abriterait en son sein une poignée d’individus terrorisant – pour le moment en toute impunité – des habitants du quartier du rond point de Kerfontaine, dont certains malades ou handicapés.

C’est en tout cas ce que nous ont expliqué deux des victimes, habitant du côté de la résidence Noblanc-Vincent et de la rue Joli Vent.

L’un d’eux a de nouveau été agressé jeudi 27 juillet au soir par ces individus, âgés entre 17 et 21 ans. « Ils se moquent de moi en raison de ma maladie (NDLR : il souffre d’un cancer), et quand je leur ai répondu l’autre jour, l’un d’entre eux s’est mis torse nu et a voulu me provoquer » nous raconte la victime, jointe par téléphone. Selon nos sources, le différent entre l’homme et les petits délinquants remonterait à plusieurs années.

Ce n’est pas la première fois que de telles exactions ont lieu, puisque comme l’indique une pétition lancée par une autre habitante du quartier, ce monsieur comme d’autres ont été victimes de dégâts matériaux  (terrasse, véhicule, porte d’entrée …), tandis que des dégâts plus lourds (des eaux notamment) ont été constatés suite à des incivilités.

A un homme, handicapé physique, le groupe aurait déclaré « que s’il possédait une troisième jambe, il pourrait aller un peu plus vite ».

Une autre victime a écrit une lettre au maire dans laquelle elle explique sa situation (pour des raisons de confidentialité, nous ne la publierons pas ici) et demande à être relogée.

Les propos et les agissements pénalement condamnables de ces jeunes n’ont pourtant pas, bien que signalés (et ponctués par des plaintes) depuis plusieurs mois déjà, entrainé de sanction. Nous avons contacté la gendarmerie de Theix, chez qui la plainte a été déposée, mais également le maire de Séné, Luc Foucault (gauche), mis en cause par les victimes en raison de son inaction.

Du côté de la gendarmerie, aucune réponse, alors qu’une habitante nous indique qu’un gendarme lui aurait reproché de s’être interposée alors qu’une des victimes se faisait molester.

Du côté du maire, qui se présente comme « un républicain », ce dernier semble agacé par l’affaire et ne souhaite pas que nous en fassions « de la publicité ». « Ce n’est pas aussi simple que cela. Je n’ai pas de commentaire à faire, je travaille avec la gendarmerie et les autorités, y compris en ce mois d’août, pour veiller à la sécurité publique sur Séné. Il ne faut pas stigmatiser ce quartier, il y’a aussi parmi les gens qui font des reproches aux individus dont vous parlez, des gens qui ne sont pas totalement cleans. ».

Ce dernier – qui ne veut pas nous en dire plus – explique toutefois qu’il sera très attentif à l’écho qui sera fait sur cette affaire « je ne laisserai pas passer le fait qu’on nous accuse d’inaction , ou que seulement une partie de la vérité soit communiquée ». Il ne souhaite toutefois pas nous en dire plus concernant les affaires en cours, difficile donc de pouvoir avoir la version intégrale …

Ces individus – qui suscitent beaucoup de rancoeur manifestement dans le quartier – sont parfaitement identifiés : « Une amie habite dans ce quartier avec sa fille et je confirme pour y avoir été, c’est un cauchemar ces jeunes ! » explique une signataire de la pétition. « Et petite pensée aux autres enfants qui ne veulent plus sortir a cause de cette ambiance et cette impunité a enchainer les conneries. » explique une autre.

Aux dernières nouvelles, ces délinquants  étaient encore dans le quartier hier soir alors que des habitants tentent, désespérément, de trouver un moyen de quitter le quartier, n’en pouvant plus.

 

Source:  breizh-info.com

 

Peuple de France a besoin de votre soutien. Faire un don sur paypal.com

Publié dans Faits-divers

Commenter cet article