« La meuf est dead »: le SMS polémique qui dit tout haut ce que LREM pense tout bas

Publié le par LA REDACTION

« La meuf est dead »: le SMS polémique qui dit tout haut ce que LREM pense tout bas

Le SMS polémique « attribué à Sibeth Ndiaye » rend à la personne publique de Simone Veil l’hommage « honteux » qui suggère une sorte de « déferlement de haine polémique raciste » ou même antisémite.

Si on veut comprendre l’hypocrisie cachée de la Macronisation heureuse, il faut lire le SMS polémique « attribué » à Sibeth Ndiaye, après la mort d’une grande dame. Chacun sait que la disparition de Simone Veil a provoqué, dans l’opinion, une « émotion très légitime« . Il semble que le SMS contesté ait rendu à la personne publique de Simone Veil l’hommage SMS antisémite indigne du vivre ensemble dans le monde de la diversité.

René Poujol écrit sur Causeur : « Simone Veil : un peu de respect, s’il vous plaît ! » Soyez courtois : La mort de Simone Veil (rappelle à tous) son passé de rescapée des camps de la mort, de magistrat, de femme politique et de première présidente du Parlement européen, œuvrant à la réconciliation franco-allemande.

« L’hommage, majoritaire dans le pays, est dévoyé » par ces propos militants méprisants, en contestant l’Hommage officiel que Macron a mis en scène « pour sa représentation grandiose » des Hommages officiels.

Qu’on veuille se rappeler que les Hommages officiels ont beaucoup servi à la république par le passé, parmi d’autres représentations, pour expulser le religieux du cœur humain avec l’horreur du monde spirituel.

Quel mépris ! « La meuf est dead« : le SMS polémique dit tout haut ce que LREM pense tout bas. « Ils ont les mains pures, mais ils n’ont pas de main » écrivait Péguy. Roselyne Bachelot a (critiqué) sur C’ dans l’Air « la présence de Simone Veil à la Manif pour tous du 13 janvier 2013 contre le projet de loi Taubira« …

« La meuf est dead« : la vérité sort de ce SMS haineux comme on dit que la vérité sort de la bouche des enfants. « La meuf est dead » a exprimé les vérités profondes de la politique de la Macronisation LREM au pouvoir. L’avantage du SMS : « La meuf est dead » est de dire tout haut ce que les LREM pensent tout bas.

Lu sur lemonde.fr :

« Sibeth Ndiaye gardienne (incompréhensible) de l’image d’Emmanuel Macron. Le Canard enchaîné a publié un portrait de la « Franco-Sénégalaise » Sibeth Ndiaye, chargée des relations presse du président Macron, dans lequel « lui est attribué » ce SMS [à propos] du décès de Simone Veil : « Yes, la meuf est dead« , ce que l’intéressée nie [très courageusement]. Face à la polémique, Ibrahima Diawadoh N’Jim, ancien conseiller de Valls, a envoyé cette tribune [partisane] au « Monde Afrique« . Pour Diawadoh N’Jim, la polémique autour de la conseillère presse de l’Élysée relève d’un « racisme insidieux«  encore bien présent en France. « Ce qu’on reproche à Sibeth Ndiaye, c’est d’être « une femme noire qui a réussi« . Ben voyons !

« Le cas de la [« Franco-Sénégalaise »] est tout sauf anecdotique. Il ressemble au quotidien de milliers de nos concitoyens issus de l’immigration qui accèdent à des responsabilités dans leur univers professionnel et qui, malgré leurs efforts et la réalité de leurs compétences, sont perçus comme des passagers clandestins. Ils en viennent à se demander eux-mêmes si leurs accomplissements professionnels n’ont pas été commis par effraction. Ces situations abîment le sentiment d’appartenance à notre pays, car le cœur de sa promesse est justement de reconnaître les mérites de chacun [« La meuf est dead »]. Le racisme insidieux qui empêche la réalisation de cette promesse est aussi dévastateur, sinon plus, que le racisme qui s’assume. » (?)

« Ces situations alimentent la panne de notre modèle d’intégration et le sentiment d’une forme « d’hypocrisie de nos institutions. » Le portrait au vitriol d’Anne-Sophie Mercier sur le Canard enchaîné est un exercice qui n’offre que « peu de chance au sujet de laisser une bonne image ». Un statut infantilisant !

En général, sous la plume de la journaliste, il a l’honneur de se voir administrer quelques « balafres » s’appuyant sur des contradictions de parcours, des incohérences, des propos prêtés ou tenus. Mais il est rare que ce portrait donne lieu à l’ouverture d’une polémique et à un déchaînement de passions. Que s’est-il donc passé pour que le portrait de Sibeth Ndiaye, en fin de journal, supplante les premières pages ? Pourquoi un SMS « supposé » [traduirait] « une infamie à nulle autre pareille fleurant bon le scandale » ?

« Dans un milieu où la brutalité, langagière ou non, est monnaie courante, ce « message prêté » à la conseillère du président « doit-il être décortiqué sous toutes les coutures » ?

« Disons les choses clairement : ce qu’on reproche à Sibeth Ndiaye est d’être noire et femme, ce qu’on lui reproche, aussi, c’est d’avoir réussi. Toutes les composantes frayant à la frontière entre droite et extrême-droite ont ici trouvé un sujet d’indignation. Leur sérénade est connue, elle consiste à illustrer les dangers de l’immigration sous toutes ses formes. Et le cas Ndiaye est commode. Il est employé pour attester que même à l’Élysée, ces gens-là sont mal élevés. [Est-ce le cas ?] Ils avaient tenté d’instruire le procès de la conseillère lors de la prise de fonction d’Emmanuel Macron en lui reprochant ses goûts vestimentaires…

« Ce qui est plus préoccupant, c’est que la prétendue affaire Ndiaye a dépassé le cadre nauséabond de la fachosphère pour s’inviter dans le commentaire politique et dans la discussion des thèmes d’actualité, réflexe d’une élite qui ne voit pas que derrière ses ricanements s’exprime un refus de voir des profils atypiques réussir. La diversité, la différence, on l’aime bien lorsqu’on doit l’aider, on l’aime bien dans le sport ou la musique, plus vraiment lorsqu’elle est au cœur de la machine du pouvoir. (Fin de citation lemonde.fr)

Il est clair, pour les esprits critiques, que la mobilisation partisane, sur fond de propagande anti-raciste de Ibrahima Diawadoh N’Jim, ancien conseiller de Valls, dans sa tribune au Monde Afrique à propos de la situation dramatique du SMS polémique « La meuf est dead« , ne saurait avoir la moindre force de conviction.

On sait, depuis ce coup foireux, que les irresponsables de ce SMS fulminent contre la diffusion de ces propos vulgaires et puérils qui témoignent de la bassesse LREM en politique, avec une coloration de haine raciste insupportable. Le problème est que ce SMS polémique ne refoule rien, il dit tout haut ce que les LREM pensent tout bas. Et on voudrait faire croire que ce SMS haineux serait une négation des valeurs LREM !

Takaycroire !

© Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard pour Dreuz.info.

 

Vous n'avez pas encore l'application Peuple de France ? Téléchargez-la gratuitement dans Google Play:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.appsbuilder1053161

Peuple de France a besoin de votre soutien. Faire un don sur paypal.com

Publié dans France

Commenter cet article