Un restaurateur doit quitter le pays après un refus de visa

Publié le par LA REDACTION

Sous- Préfecture de Reims

Sous- Préfecture de Reims

La nouvelle est tombée aujourd’hui, mercredi. La demande de titre de séjour de Moritsugu Tanaka, chef du restaurant Doko Koko Bistro à Reims, a été refusée.Son visa se terminant, il doit quitter la France pour la Japon ce vendredi. C’est par un post Facebook que le chef et sa famille (son frère Kazuyuki Tanaka, chef du restaurant étoilé Racine, et sa belle-sœur Marine Tanaka) ont annoncé la mauvaise nouvelle et donc, la fermeture du restaurant jusqu’à nouvel ordre. « On est dégoûtés, avec Kazuyuki on est à deux doigts de fermer Racine et d’aller au Japon », explique, en pleurs, Marine Tanaka.

Mais pourquoi sa demande a-t-elle été refusée ? « On nous a dit que c’est parce qu’il y a trop de demandeurs d’emploi dans la restauration. » Du côté de la préfecture, on confirme que ce motif de refus est très courant. « Quand une personne fait une demande de visa pour un travail en France, on regarde le domaine dans lequel il va travailler. S’il n’y a pas assez de main-d’œuvre, le visa est accepté. Mais s’il y a trop de demandeurs d’emploi dans ce domaine, c’est refusé », explique-t-il, précisant que « c’est la Direction régionale de l’emploi qui étudie le dossier et prend la décision avec la préfecture ».

En savoir plus sur lunion.fr

Téléchargez l'application Peuple de France dans Google Play 

Publié dans France, Immigration

Commenter cet article

Vent d'Est, Vent d'Ouest 06/10/2017 18:14

Quand on veut bosser en France et apporter de la richesse, on est fichu dehors comme un malpropre ! et quand on vient pour manger la soupe des Français, le gouvernement nous accueille les bras ouverts ! Le monde à l'envers ! Si vous y comprenez quelque chose, expliquez-moi, parce-que, là, je suis un peu perdue !

kanopus 06/10/2017 13:25

"On" préfère sans doute le couscous en "haut" lieu ! Et puis, le "réservoir" migrants est
maintenant inépuisable, mais..., il faut les former..., et là, ce n'est pas gagné ! par ailleurs,
leur faire faire de la cuisine japonaise est une mission quasi impossible à moins qu'un
d'entre eux ne fasse les yeux doux à "sa" patronne venant d'un pays où les musulmans
sont interdits de séjours...